REKLAMA

Le progressisme: l'idiot utile des GAFAM

Dans les années 80 l’Union soviétique semblait indestructible, elle était présente sur tous les continents, le communisme était l’idéologie dominant tous les débats intellectuels, et elle a disparu tout de même. A vouloir être omnipotente et omniprésente elle s’est effondrée sur elle-même. C’est ce qui arrivera au progressisme peut-être dans 10, 20 ou 50 ans mais pas plus.
 Le progressisme: l'idiot utile des GAFAM

Partout où le progressisme règne, les sociétés et les États se délitent lentement mais sûrement. Les effets du progressisme sont partout les mêmes : division de la nation, déconstruction de la société et des solidarités. La vraie question n'est pas tant quand le progressisme s'effondra, mais par quoi sera-t-il remplacé ? Au temps de la chute de l’URSS il y avait l’Occident qui était extrêment fort économiquement et intellectuellement, sûr de sa puissance. Aujourd’hui nous avons 3 acteurs essentiels sur la scène mondiale : l’Islam qui a remplacé le communisme dans son rôle d’opposant idéologique au capitalisme. Il séduit une partie des habitants européens originaires des pays islamiques. Cela devrait créer des troubles religieux récurrents et violents, mais a priori pas plus. Vous avez ensuite la Chine qui a encore plus augmenté son envergure d’usine du monde avec le Covid et qui va devenir de plus en plus hégémonique. Mais dans les cent prochaines années nous ne devrions pas être son terrain de jeu prioritaire.

Enfin et surtout il y a les grands mécènes et soutiens du progressisme les GAFAM (Google, Apple, Facebook Amazon et Microsoft). Leur taille est désormais tellement phénoménale qu’ils sont les égaux des États. Pire, ils ont à présent une avance quasi irrattrapable sur les états : le pouvoir de prévoir et d’influer sur les avenirs possibles. Leur accès quasi illimité au Big data, leur puissance de calcul, leur avance sans comparaison dans le « machine learning » et l’intelligence artificielle leur permettent de prévoir l’avenir ou plutôt les avenirs et même de les influencer. Vous imaginez les informations qu’ont sur vous Google ou Microsoft ? Google, Facebook en savent bien plus sur vous que votre meilleur ami ! Ils sont capables de prioriser votre accès à certaines informations et donc de conditionner vos opinions, jugements, indignations et intérêts. Via le machine learning ils peuvent prévoir les possibles avenirs mais aussi tester plusieurs scénarios pour ensuite influer sur notre avenir à tous. Le jour où nos États seront devenus faibles de par les impérities des progressistes et les troubles sociaux, religieux, et économiques récurrents, vous serez contents de trouver ces grandes firmes. Elles vous proposeront à la manière de Netflix un abonnement pour assurer votre sécurité, votre santé, l’éducation de vos enfants, la gestion de votre maison et affaires personnelles. Via ces abonnements, l’on vous prédira les maladies que vous pourrez avoir et on vous préconisera un mode de vie que vous serez prié de respecter. Moins vous le suivrez et plus votre abonnement vous coûtera cher, car plus vous serez susceptible d’avoir besoin de soins médicaux. Il sera quasiment impossible de vous cacher pour manger du chocolat ou fumer une cigarette car vous serez tracés tout le temps. Ces entreprises détiennent déjà aujourd’hui les technologies pour un contrôle total des populations. Alors imaginez dans 20 ans.

Ces firmes, tout comme le progressisme, ont intérêt à nous individualiser et à détruire toutes les solidarités qui pourraient s’opposer à eux. Remarquez bien que le but ultime des progressistes peut paraitre alléchant : faire de chacun d’entre nous un être sans limite dans nos droits. Mais pour ce faire, cela oblige à détruire les solidarités familiales, religieuses, nationales, ce qui ne pourra que créer un être humain sans obligation, sans foi, sans identité. Dans les faits et au final dans ce genre de monde nous serons seuls, isolés, privés de toute solidarité et donc à la merci du plus fort.

Patrick EDERY, PDG de Partenaire Europe, éditorialiste dans les versions françaises et polonaises de l'Hebdomadaire du syndicat polonais Solidarność


Ankieta
Czy Donald Tusk dzieli Polaków?

 

POLECANE
Wydarzenia

Związek

Ankieta
Czy Donald Tusk dzieli Polaków?
Tygodnik

Opinie

Popkultura